Non classé

Des parcelles de pré avec un double usage

Dans le secteur de Gérardmer, Xonrupt, Granges sur Vologne, les prés avaient deux finalités. La récolte de foin sur ces près de fauche et l’étendage de toiles, afin d’aboutir à ce fameux : « blanchi sur pré ».

Au cours des années 1965-1969, sur les parcelles que gérait Georges Charles, mon père, à la Ferme de Blanchefeigne à Granges sur Vologne, il avait obligation d’effectuer les foins vers la fin juin, afin de libérer les parcelles et de permettre la poursuite des opérations de blanchiment. Ces parcelles étaient utilisées par le Blanchiment de la Corbeline, qui dépendait des Établissements Garnier-Thiébaut, à Kichompré près de Gérardmer.

Ces parcelles de champs avaient l’avantage d’être plate, par contre il y avait deux inconvénients majeurs :

  • L’herbe était foulée par les ouvriers qui mettaient en place des bandes de tissus, mais aussi les tuyaux et les bornes qui alimentaient les lignes d’arrosage de la parcelle, afin d’arroser la toile.
  • On peut ajouter à cela, le réseau de rails permettant la répartition de ces pièces de textiles devant être étendues et qui étaient particulièrement lourde, car humide.

L’activité de blanchiment sur pré de Granges sur Vologne a cessé vers 1969 – 1970.

Ce réseau d’arrosage a retrouvé du service avec les conséquences de la sécheresse, en 1976.

1